Frontignan Thau Handball


Qui sommes nous ?

Qui sommes nous ?

L'histoire du Club

Créé en 1991, le Thau Handball est né de la fusion de trois clubs bordant le Bassin de Thau. Sous l'impulsion de Marcel Hachacq, Président du Frontignan Athlétic Club, de Jeannot Lauret, Président de l'Olympique Sétois Joliot Curie et d'Elie Pelegrin, Président du Handball Olympique Mézois, trois clubs précurseurs amorçaient une bribe d'intercommunalité. Nanti d'une équipe de Seniors Féminines (Prénationale), de 3 équipes de Seniors Masculins (Départementale, Régionale et Prénationale) et d'une douzaine d'équipes de jeunes, le nouveau né devenait un élément incontournable du giron handballistique du Languedoc Roussillon.

A l'issue de la saison 1992/93, le THB décrochait son premier titre de Champion de Prénationale, accédant ainsi à la Nationale III. Placée sous la férule expérimentée de Branko Karabatic, gardien international de l'ex-Yougoslavie, cette formation terminait la compétition invaincue. L'élection de Bernard Canerie à la présidence du Thau Handball générait une arrivée de nouveaux talents au sein de l'équipe locale. Aux Boris Rozelet, Frédéric Silly, Didier Hachacq, Jean-Pierre Fichera et autre Fabrice Grasset venaient s'associer des joueurs tels Fathi Belkir (Vénissieux, OM, Montpellier Handball), Yann Quintin (Montpellier) ou encore Davor Bratzlacic (ex-Yougoslavie, Montpellier Handball).

Cette nouvelle configuration faisait des merveilles puisque le THB était alors sacré Champion de France et d'Outre Mer de Nationale III en 1995. Las, après plusieurs saisons en Nationale II, le club des pourtours du Bassin de Thau chutait en NIII en 2000 puis en Prénationale en 2001. Dans le sillage du Président Jean-Luc Balzola, une nouvelle équipe de dirigeants se retroussait les manches dans l'optique de retrouver le niveau supérieur. Ce fut chose faite dès le mois de mai 2002 puisque Jeannot Cédrone et ses joueurs glanaient un nouveau titre de Champions de Prénationale. Avec l'arrivée de Jean Garait à la tête du club et celle de Jean-Paul Martinet comme entraîneur (Stella Saint Maur, Stade Français et Issy les Moulineaux équipe de France féminine, USAM Nîmes, Bouillargues), le livre du club était fin prêt à s'enorgueillir de nouvelles pages.

Il faudra pourtant attendre la saison 2004 / 2005 pour que l'équipe Séniors Masculine retrouve son meilleur niveau. Sous la houlette du perspicace Mohamed Boudiaf, les Muscatiers réapparaissaient en Nationale II. Las, la cuvée suivante n'était pas du même tonneau et malgré un énorme investissement de l'équipe comme de son entraîneur, le FTHB ne pouvait éviter la relégation. Entouré de joueur essentiellement du crû, Momo repartait à la conquête de la Nationale II. A l'issue d'une saison remarquable, les équipiers de Mathieu Cambon échouaient pour la première place face au Nîmes Gard Handball puis contre Villeurbane lors des barrages. De façon particulièrement injuste, deux réserves (renforcées systématiquement de plusieurs joueurs de LNH) de clubs professionnels de première Division privaient les Frontignanais d'une accession amplement méritée.

Mohamed Boudiaf a cédé sa place à Yann Lefailler à la tête de l'équipe Séniors Masculine pendant trois saisons. Malgré un investissement conséquent, ce dernier ne parvenait pas à bonifier un effectif jeune et restreint sur sa base arrière. Arrivé au club en 2009, l’ancien Montpelliérain et international Tunisien, Sobhi Sioud, prenait les commandes de l’équipe seniors masculine en 2010. Fait marquant de cette saison 2010/2011, la nomination du premier Manager Coordinateur du club : Alexandre Estéoule.

Désireux d’honorer le projet sportif qu’il avait conclu avec ses dirigeants, Alex sollicitait son ami Renaud Boulanger pour diriger en binôme l’équipe première des seniors garçons. Si 2011/2012 était une année de reconstruction, les deux compères décrochait le Graal de l’accession en Nationale II à l’issue d’une saison 2012/2013 remarquable. Sous la houlette de leur emblématique capitaine, Cédric Santiago, les Muscatiers vont tenter de poursuivre leur ascension au bénéfice d’un groupe étoffé (Kevin Mathieu, Thomas Santiago, Pierre Bonin, Benjamin Curabet) et déterminé…

Du côté des Séniors Féminines, l'investissement permanent de Jean-Pierre Fichera a permis de conduire un groupe prometteur de jeunes Frontignanaises de la Départementale à la Pré-nationale. C'est en 2005/2006 que les dirigeants de FTHB affirmaient leur volonté d'équité de traitement et de résultats en confiant les rênes de l'équipe à Hugo Lippari. Troisième à l'issue de cette saison, les Muscatières échouaient à l'accession en NIII en 2006/2007 de manière similaire aux garçons. Vaincues par la réserve d'un autre club professionnel, Bouillargues, et sa gardienne internationale, les équipières de Violaine Cédrone étaient passées à 20 minutes du bonheur !

Ce n'était pourtant que partie remise puisqu'à l'issue d'une saison 2007/2008 remarquable, nos représentantes accédaient enfin à la NIII, marquant à jamais les pages de notre livre d'or. Hélas, après une belle saison au niveau national, les frontignanaises ne pouvaient éviter la relégation au mois de mai 2010.

Portées par la détermination de leur entraîneur Yohann Lou Moha, ancien international français et désormais technicien émérite, les jeunes et talentueuses muscatières réalisaient une saison 2008/2009 idéale et retrouvaient le niveau national.

A l’image de leurs homologues garçons, les filles du Frontignan Thau Handball patientaient 3 saisons avant de connaître l’incommensurable bonheur d’accéder à la Nationale II. Fierté de tout un club, le collectif de la Capitaine Aline Cedrone, réussissait à décrocher l’accession lors de l’ultime journée chez son meilleur ennemi, Clermont l’Hérault.

Sous la Coprésidence de Jean Garait et Sylvain Pelegrin, la priorité étaient donnée à la formation mais également à la structuration du club. Du coté sportif, les Muscatières conservaient leur groupe initial mais était enrichi par les arrivées de Léa Archimbeau, Camille Cosson, Elvine Granier ou encore  par l’avènement de jeunes joueuses formées au club (Manon Tisseyre, Anaïs Sanchez. Pendant cette période, les garçons gravissaient progressivement les échelons du classement pour rivaliser avec les ténors de la poule alors que l’équipe réserve était exclusivement destinée aux jeunes espoirs.

Le virage de la « professionnalisation » du FTHB entrepris lors de ces années : pérennisation de deux salariés (Aurélien Calazel puis Benjamin Curabet), recrutement de nouvelles compétences (Mathilde Bouffet et Olivier Lamarre), forte implication des personnels dans les activités (boutique, inscriptions, événementiel, etc.) se confirmait à l’été 2015 par la désignation d’un nouveau coprésident. En compagnie de l’inamovible Jean Garait, Guilhem Sala, jeune chef d’une entreprise florissante, mettait sa grande motivation comme son expertise professionnelle au service du club.

La saison 2015/2016 bénéficiait donc d’un accroissement conséquent des partenaires du FTHB. Chez les filles, Jade Coulon, Aude Euphrasie, Imène Kerou mais également la gardienne Serbe, Milica Cubrilo, rejoignaient l’équipe Nationale II. Les changements intervenaient également parmi les garçons puisque l’historique tandem Boulanger – Estéoule décidait de passer la main. Ancien international de Bosnie Hezegovine, Slavisa Risticevic dit « Ritchi » prenait les rênes du groupe Senior existant complété par les arrivées de Nicolas Martin, Benoit Juvenel et Clément Liard.

Confiée à la sagacité de Manuela Ilie, ancienne internationale Roumaine, joueuse puis entraîneur du HBC Nîmes, l’équipe première féminine réalisait une saison 2016/2017 remarquable. Bien encadrée par les handballeuses du cru, Nourizada Hassanaly, Alison Leviez, Juliette Durand, Aïcha El Kanete ou encore Soumaya Mouissi permettaient au FTHB de tutoyer le podium de la poule, soit la plus belle place jamais atteinte par nos représentantes.

Du coté des garçons, la saison 2016/2017 s’est avérée historique. Au cours d’un championnat particulièrement disputé et à l’issue longtemps incertaine, les équipiers d’Alexandre Saïdani (ancien international français et Champion du Monde jeunes) ont décroché leur accession à la Nationale 1 lors de l’avant dernière journée. Salle Ferrari comble et surchauffée, supporters des deux camps inépuisables, prestation des gardiens (avec le Muscatier Adrien Falgon) considérable, la confrontation décisive contre le GFC Ajaccio - remportée d’un tout petit but - restera gravée dans toutes les mémoires des présents.

Participer au site : news photo video
avatar Se connecter